Première sortie de l’année pour YUI, avec ce nouveau single, Namidairo, premier aussi à arborer un titre japonais, et servant de theme song au drama 4 Shimai Tantei Dan. Après avoir trusté la première place du top Oricon avec My Generation/Understand et Love & Truth, et ceci malgré un démarrage quasi-identique, YUI a du se contenter, cette fois-ci, de la 3ième marche du podium derrière les intouchables NEWS et EXILE. Malgré ces succès, il est bon de voir que YUI reste la même, simple, timide, et sans prétention, et bien que, il ne faut pas se voiler la face, cela en soit devenu un argument commercial pour Sony, il n’en reste pas moins que ce côté naturel et authentique fait quand même très plaisir quand on voit que d’autres ne se sentent déjà plus pisser après le moindre succès relatif.

Balade au son acoustique et romantique, Namidairo, en français la couleur des larmes, peut paraitre d’un classicisme rebutant à première vue, mais comme toujours avec YUI, le morceau passe outre, pour nous offrir quelque chose d’unique. Mélancolique et empreint d’une tristesse ambiante, YUI nous offre encore une fois un véritable récital d’une maitrise vocale parfaite, jouant sur la corde sensible de sa voix pour réussir à nous toucher, telle un amour fugace, au plus profond de nous-même. Bien sur on pourra toujours se plaindre d’avoir l’impression que ce morceau ressemble un peu trop à un titre tel TOKYO en reprenant le même ton et un tempo très proche, il n’empêche que lorsque l’on nous offre une chanson sans prétention, sincère, touchante, et loin de ses nombreux artistes préférant nous ployer sous des tonnes d’artifices digitaux pour mieux cacher leur manque total d’innovation et de talent, toutes ses menues critiques disparaissent bien vite au profit dece plaisir musical dont nous gratifie encore une fois YUI. En B-Side, I Wanna Be…, sans être grandiose, est un bon morceau qui remplit parfaitement sa fonction. Morceau pop/rock au tempo moyen, I Wanna Be… est là aussi proche de ce qu’à déjà pu nous offrir la chanteuse de Fukuoka par le passée, mais là encore le morceau bénéficie de toute la simplicité de YUI et d’une performance vocal encore une fois parfaite. La version acoustique, celle de LOVE & TRUTH, nous offre une vision encore plus forte de morceau, où la voix de YUI sur une gratte sèche presque effacé lui procure un sentiment de fragilité particulièrement attachant.

Première sortie et premier succès pour YUI avec ce nouveau single. Bien que n’étant pas son meilleur, de par son ambiance et son interprétation touchante, Namidairo est à posséder absolument. 2008 s’ouvre son les meilleurs auspices pour la chanteuse de Fukuoka.